Myriem Merini

Les cryptomonnaies : Un instrument de croissance pour les marchés émergents

Introduction

À l’ère où les cryptomonnaies gagnent de plus en plus de terrain, c’est dans les pays en développement qu’elles font des percées fulgurantes. Le Salvador en guise d’exemple a même fait du Bitcoin une monnaie officielle du pays en septembre dernier. Les statistiques sont surprenantes : selon une étude réalisée en 2021 par la firme Chainalysis sur le niveau d’adoption des cryptomonnaies dans le monde, seulement un pays développé, les États-Unis, figure dans le top 20. Avec en tête le Vietnam et l’Inde ainsi que six pays africains dans ce classement, on y voit donc une tendance assez claire se dessiner. Une théorie confirmée que certains ont nommée l’hyperbitcoinisation.

 

L’hyperbitcoinisation, c’est quoi ? 

Il s’agit d’un terme qui, à l’origine, a été défini en 2014 par le directeur de recherche de l’institut Satochi Nakamoto, Daniel Krawisz, comme « une transition volontaire » d’une devise plus faible vers une plus forte, à savoir, le Bitcoin. Aujourd’hui, on le voit comme un phénomène qui se répand dans les frontiers countries désignant ces pays à l’économie émergente. Ceux-ci voient dans cet actif digital une sorte de vitamine, un soutien, au système souvent précaire de ces marchés. On observe donc une adoption plus considérable de ces cryptomonnaies chez les particuliers de ces pays. Par adoption, on entend le volume d’échange en peer-to-peer (P2P) sans nécessairement prendre en compte la valeur de ces transactions. Les raisons de cette popularité divergent selon le contexte économique, social et politique des régions concernées.

 

Le cas des pays de l’Amérique latine

Ce qui unit les nations sud-américaines dans leur choix de se tourner vers des actifs numériques, principalement le Bitcoin, est le contexte de crise qui y règne. Le Vénézuéla par exemple, a subi dans les dernières années une profonde instabilité tant économique que politique. En effet, l’inflation était telle que la valeur du bolivar avait chuté de plus de 2500% comparativement à son taux en 2017. Les autorités en sont même arrivées jusqu’à saisir les actifs refuges comme l’or et l’argent. Devant une telle situation, la population s’était rapidement tournée vers le Bitcoin qui, bien que volatil, restait toujours plus sûr que la monnaie locale et permettait de préserver un semblant de capital. Il s’agit en plus d’un moyen pour la population de se procurer facilement le dollar américain et d’autres monnaies pour lesquelles le gouvernement avait limité l’accès. Similairement, l’Argentine a fait face à une inflation ayant fait baisser le cours du peso argentin de plus de 50% par rapport au dollar américain en 2018.

Si l’on se penche sur le cas plus particulier de la Colombie, on pourrait attribuer la montée en popularité du Bitcoin dans le pays au fait qu’il facilite grandement les transactions liées au commerce illégal notamment au trafic de drogue, problème majeur de la région. Du fait que ces dernières sont difficilement traçables par les institutions gouvernementales, les plateformes d’échange de cryptomonnaies sont donc propices aux activités criminelles et participent certainement à consolider les assises de l’économie souterraine qui est très présente dans ces pays du Sud.

 

Le cas de l’Afrique subsaharienne

Le continent a connu une croissance importante dans la dernière année sur le marché des actifs numériques allant jusqu’à totaliser le plus grand nombre de transactions en P2P depuis plusieurs semaines. Cette popularité soudaine, notamment au Nigéria et au Kenya, s’explique d’abord par le manque d’infrastructures bancaires menant à l’exclusion financière des citoyens, puis par la démocratisation de l’accès à Internet et à la téléphonie mobile sur le territoire. En effet, en zone rurale, les institutions bancaires et les services financiers sont inexistants et, lorsqu’ils sont offerts, restent assez rudimentaires. Cela fait en sorte qu’une partie de la population ne possède pas de compte en banque et se retrouve donc privée de l’accès à l’espace financier. Cela est d’autant plus problématique pour les petites entreprises ne détenant pas de compte en banque, car elles ne peuvent pas participer au commerce mondial. Elles se voient aussi privées de financement et donc d’opportunités pouvant pousser à l’innovation technologique qui permettrait ultimement de développer une économie locale.

Face à un tel contexte, les cryptomonnaies se sont présentées comme une alternative pour pallier les déficiences du système financier. Tout d’abord, elles optimisent le processus de conversion de devise dans des régions où les liquidités se font rares, ce qui nécessite généralement de devoir convertir en USD ou en Euro avant de changer vers la devise voulue. Non seulement les transactions sont, avec les actifs digitaux, plus rapides, mais elles sont également beaucoup moins coûteuses puisque, traditionnellement, les frais pour envoyer des fonds vers un autre pays peuvent s’élever à 15%. De plus, le Bitcoin wallet peut servir de compte de banque permettant d’effectuer des transactions quotidiennes et même d’épargner. Pour ce qui est des petites entreprises, le Bitcoin leur permet de pouvoir participer au commerce international en recevant des paiements en cryptomonnaies et d’ainsi, éviter les plateformes de e-commerce traditionnelles qui nécessitent la mise en place d’un compte fournisseur par le biais d’une banque.

 

Le cas de l’Asie du Sud-Est

En ce qui concerne les pays de l’Asie du Sud-Est, particulièrement le Vietnam, ce sont les mêmes raisons citées précédemment qui justifient leur popularité. Le manque de confiance envers la monnaie officielle du pays, le Dong, qui depuis la Seconde Guerre mondiale, a connu des fluctuations marquantes, jumelé à une population naturellement encline aux nouvelles technologies, a contribué à un niveau d’adoption important dans le pays.

Bien que les actifs digitaux ne soient pas considérés somme des monnaies en soi du fait qu’ils sont très volatils et donc ne sont pas gage de valeur, ils restent, comparativement à des monnaies plus faibles, un meilleur moyen de se protéger de l’inflation et des fluctuations du taux de change. Ils servent en plus de support à l’économie en facilitant les transactions et en participant à l’inclusion financière de la population. Là où l’Occident se pose encore la question en regard des cryptomonnaies, les marchés émergents se les sont déjà appropriés dans leur quotidien non pas nécessairement comme un moyen de faire d’énormes gains, mais plutôt pour soutenir leur écosystème financier déjà précaire.

Références :

PCMag. (2021) Hyperbitcoinization. https://www.pcmag.com/encyclopedia/term/hyperbitcoinization#:~:text=Daniel%20Krawisz%2C%20Director%20of%20Research,games%20the%20system.%22%20See%20crypto

Handagama, S. (2021) New Chainalysis Report Reveals Who’s Leading the World in Crypto Adoption. https://www.coindesk.com/business/2021/10/07/new-chainalysis-report-reveals-whos-leading-the-world-in-crypto-adoption/

Sandner, P. (2020) The Impact of Crypto Currencies on Developing Countries. https://philippsandner.medium.com/the-impact-of-crypto-currencies-on-developing-countries-dce44c529d6b

Hankin, A. (2018) This is where cryptocurrencies are actually making a difference in the world. https://www.marketwatch.com/story/this-is-where-cryptocurrencies-are-actually-making-a-difference-in-the-world-2018-10-03

Financial Times – Londres. (2021) Finance. Pourquoi les cryptomonnaies ont conquis les pays en développement. https://www.courrierinternational.com/article/finance-pourquoi-les-cryptomonnaies-ont-conquis-les-pays-en-developpement

Beck, T. (2018) Les systèmes bancaires en Afrique subsaharienne : un état des lieux. https://www.aef.asso.fr/publications/revue-d-economie-financiere/ns2009-20-ans-de-revue-d-eacute-conomie-financi-egrave-re/251-les-systemes-bancaires-en-afrique-subsaharienne-un-etat-des-lieux

Wheatley, J. (2021) Cryptocurrencies: developing countries provide fertile ground. https://www.ft.com/content/1ea829ed-5dde-4f6e-be11-99392bdc0788

David, M. (2019) Comment le Bitcoin est devenu un refuge en Amérique du Sud ?. https://cryptoactu.com/comment-le-bitcoin-est-devenu-un-refuge-en-amerique-du-sud/