Albert Obeid

L’impact de la pandémie sur le secteur automobile électrique

La pandémie a durement touché tous les secteurs économiques. L’industrie automobile n’est pas différente. Avec des salles d’exposition de véhicules complètement fermées jusqu’au 13 avril, l’industrie aura sans aucun doute du mal à se remettre. Selon certains, la situation pourrait perdurer pendant plusieurs mois, voire plusieurs années.

On sait que les taux d’intérêt et la volatilité économique qui en découle ont un impact important sur l’industrie automobile. L’achat d’une automobile, comme celui d’une maison, est extrêmement sensible au coût du capital et nécessite presque toujours un financement. Les intentions des consommateurs, leurs dépenses et la solidité de l’économie sont autant d’indicateurs des ventes d’automobiles.

Les ventes des deux premiers mois de 2020 ont été en partie réalisées en 2019, alors que personne n’aurait pu imaginer la COVID-19 et tout ce qui allait suivre. Heureusement, les constructeurs automobiles, qui sont des acteurs clés du secteur manufacturier canadien, ont tiré les leçons de la crise financière de 2008. Ils semblent à l’abri du “jour de pluie”, du moins pour l’instant. Une partie de leur argent sera utilisée pour aider la base d’approvisionnement du secteur et réduire l’impact de la pandémie.

 

Le secteur nord-américain de l’automobile

Pour commencer, la plupart des entreprises ont fait de la santé et de la sécurité des travailleurs une priorité absolue dans la reprise des activités. Les constructeurs automobiles, les fournisseurs et les autres acteurs du secteur ont travaillé ensemble pour remettre le secteur sur les rails alors que la production reprenait progressivement. Les entreprises ont mis en place des masques et autres équipements de protection individuelle, des contrôles de température, un espacement accru des lignes et, dans de rares cas, des barrières physiques. Des équipes réduites ou échelonnées ont commencé à être mises en place dans de nombreuses usines. De divers leaders du secteur, comme Aptiv, Magna, Ford, General Motors et Lear, ont également publié des manuels et des processus de redémarrage que leurs fournisseurs doivent suivre.

Afin de s’adapter aux nouvelles réalités de l’architecture des usines, les entreprises recherchent d’autres formes d’automatisation pour les éléments particuliers des véhicules qui s’y prêtent. Jusqu’à présent, ces entreprises ont mis en œuvre diverses mesures provisoires pour aider à maintenir les marges. Toutefois, nous nous attendons à ce que ces coûts ponctuels deviennent permanents à l’avenir, ce qui se traduira par une structure de coûts plus compétitive.

 

Faiblesses des chaînes d’approvisionnement

Le secteur automobile est extrêmement international. Il a été fascinant d’observer l’évolution de l’impact de la pandémie en Amérique du Nord. Les constructeurs automobiles et les fournisseurs se sont d’abord inquiétés des interruptions de la chaîne d’approvisionnement résultant de l’épidémie de COVID-19, notamment en ce qui concerne les pièces provenant de Chine et éventuellement d’autres pays asiatiques.

Les usines d’Amérique du Nord et d’Europe ont donc été fermées alors que la production en Chine commençait à reprendre en raison de la reprise économique du pays. Il y a eu quelques problèmes de chaîne d’approvisionnement dans le monde entier pendant cette période. Aujourd’hui encore, alors que la production nord-américaine reprend, quelques fermetures temporaires ont été signalées, parfois en raison de cas confirmés d’infection d’usines. Les autres fermetures temporaires, en revanche, ont été déclenchées par des chaînes d’approvisionnement qui opéraient dans différentes zones de la courbe pandémique ou dans des lieux distincts avec des protocoles différents. Le Mexique, par exemple, n’a pas le même degré de développement que les États-Unis, mais il est la source de nombreuses pièces automobiles. Comme il s’agit d’un secteur “juste à temps”, chacune de ces fermetures temporaires à une influence sur la chaîne d’approvisionnement. Les fabricants ne peuvent pas produire des automobiles avec seulement 90 % des pièces. Par conséquent, les commandes pour les pièces restantes sont stoppées, même si ces pièces ne sont pas nécessairement celles qui sont en retard.

Figure 1 : Ventes de véhicules légers aux Etats-Unis

Les ventes d’automobiles ont augmenté de 40 % d’un mois à l’autre en mai aux États‑Unis, ce qui a incité les fabricants à accélérer leurs plans de production pour juin et juillet.

Sources : RBC Gestion de patrimoine, Bureau of Economic Analysis des États‑Unis.

 

Impact potentiel à long terme de la COVID-19 sur l’industrie automobile

  • Une interruption prolongée de la demande des consommateurs, alors que les pays travaillent sur divers scénarios de verrouillage pendant la pandémie de COVID-19, pourrait déclencher une récession mondiale, entraînant une perte de confiance généralisée des consommateurs, ce qui aurait un impact significatif sur les revenus et la rentabilité des constructeurs automobiles.
  • Les constructeurs automobiles pourraient être contraints de détourner des capitaux pour soutenir les activités en cours, ce qui réduirait le financement de la R&D pour les initiatives de technologie avancée et d’autres projets discrétionnaires. Les décisions stratégiques visant à se retirer des marchés mondiaux et des segments de véhicules non rentables peuvent être accélérées, réduisant considérablement la production au fur et à mesure que la capacité de fabrication est rationalisée et consolidée.
  • Les fournisseurs confrontés à des problèmes de liquidité pourraient succomber à la détérioration rapide des conditions du marché, entraînant des perturbations généralisées et des conséquences potentiellement catastrophiques dans l’ensemble de l’écosystème mondial de la construction automobile.
  • On peut s’attendre à un nombre important de restructurations dans le secteur de la vente au détail d’automobiles, les concessionnaires étant incapables de s’adapter assez rapidement à l’évolution de la demande.

Références

Deloitte United States. n.d. Understanding COVID-19’s Impact on The Automotive Sector. [online] Available at: https://www2.deloitte.com/us/en/pages/about-deloitte/articles/covid-19/covid-19-impact-on-automotive-sector.html

KPMG. n.d. La COVID-19 et le secteur automobile. [online] Available at: https://home.kpmg/ca/fr/home/insights/2020/06/covid-19-and-the-automotive-sector.html

Radio Canada. n.d. Véhicules électriques : une industrie en pleine effervescence. [online] Available at: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1828782/vehicules-electriques-industrie-salon-quebec

Rbcwealthmanagement.com. n.d. La COVID-19 force-t-elle le secteur automobile à faire demi-tour ?. [online] Available at: https://www.rbcwealthmanagement.com/fr-ca/insights/will-covid-19-force-the-auto-sector-into-a-u-turn