Équipe PolyFinances

Revue mensuelle - Février 2021

Services financiers

Les banques canadiennes ne présentent plus de symptômes de la Covid-19, par Étienne Allaire

La dernière semaine de février a été cruciale pour le secteur des services financiers, alors que les grandes banques canadiennes ont dévoilé leurs résultats pour le premier trimestre de 2021. Les chiffres, qui étaient attendus avec impatience, n’ont pas déçu : les six principales banques canadiennes ont cumulé des bénéfices totaux de 13.9 milliards $, une somme près de 14% supérieure à celle enregistrée à la même période l’an dernier, avant que la pandémie ne force un confinement général. La CIBC et la BMO se sont distinguées avec une croissance de profit respective de 34% et 27%.  

La hausse de profit remarquable des banques est toutefois occasionnelle. En effet, elle est surtout attribuable à une diminution des provisions pour pertes sur créances et à de bonnes performances des placements grâce au contexte d’effervescence des marchés boursiers. Le segment de la banque de détail, caractérisé par les opérations bancaires traditionnelles avec les clients, n’a connu qu’une mince hausse au courant de l’année 2020. 

Malgré le vent d’optimisme entourant les récents résultats des banques canadiennes, plusieurs sont inconfortables face à la situation: alors que la majorité des familles et des entreprises canadiennes se serrent la ceinture pour survivre, le secteur bancaire s’enrichit plus que jamais. Devrait-on appliquer une taxe sur les bénéfices exceptionnels des banques afin d’équilibrer la responsabilité du fardeau économique engendré par la pandémieC’est ce que près de 80 000 personnes réclament dans une pétition organisée par l’organisme canadien Democracy Watch. Duff Conacher, le cofondateur de l’organisme et professeur à l’Université d’Ottawa, propose également de demander aux banques de publier la marge bénéficiaire réalisée dans chacun de leurs segments afin de pouvoir ajuster les taux d’intérêts en conséquence : « Si un vérificateur général publiait un rapport montrant une marge bénéficiaire de 2 000% [dans une partie des activités d’une banque], les gens seraient indignés. Les taux d’intérêt baisseraient le lendemain. » 

Industries

Prudence d’investissement pour Ballard Power Systems (TSX : BLDP), par Félix Moreau

Le mois de février 2021 a été très mouvementé pour le secteur industriel (TSX : TTIN). Ils ont varié de +24 % à -24% ce qui est non négligeable comme écart. Les gagnants de ce mois sont Air Canada (TSX : AC) avec une augmentation de 24% et Ats Automation (TSX  : ATA) avec +21%. Les perdants sont Ballard Power Systems (TSX : BLDP) qui a reculé de 25 % et Ritchie Bros Auctionneers (TSX : RBA) avec  moins 13 %. Alors, l’indice de référence du secteur industrie a augmenté de 2,71 %. 

Le titre qui a retenu l’attention cette semaine est Ballard Power Systems puisque son titre à la bourse a le plus diminué de son secteur. Par contre, ce titre est en augmentation de 154% depuis 1 an ce qui représente un rendement incroyable pour les détenteurs de ce titre. La compagnie est spécialisée dans le développement, la fabrication et la vente de piles à combustible à membrane d’échange de protons. Donc, si l’électricité provient de source renouvelable, ces piles ne dégagent aucun gaz à effet de serresIls sont alors dans un bon secteur qui a de forts potentiels d’augmentation des volumes d’achats. Alors, quelle est la raison pour la baissede 24% ce mois-ci ? Étant une compagnie qui fait des profits négatifs, Ballard Power Systems a annoncé un placement d’actions ordinaires afin de recevoir du financement. L’action a rapidement baissé suite à cette annonce puisque cela peut illustrer un manque de financement dans la compagnie puisque les revenus sont faiblesLa valeur de l’action reflète un peu plus de spéculation sur les ventes futures, donc, il faut être prudent lors d’un investissement sur ce titre. 

 

Services aux consommateurs

Consommation de basesecteur le moins performant du S&P500 en 2021 , par Alexandre Lanctôt Laurin

Depuis le début de l’année 2021, tous les secteurs du S&P500 ont obtenu des rendements positifs, sauf un. En effet, le secteur de consommation de base est le seul secteur dans le « rouge » depuis le 1er janvier 2021. Alors que de plus en plus d’investisseurs se tournent vers des titres ayant un fort rendement potentiel à court terme comme les titres en technologies ou les « memes stocks », les titres du secteur consommation de base sont plutôt lents, rapportant des croissances « single digit ».  

Du côté canadien, on observe la même baisse, alors que lConsumer Staples Index ETF connait une baisse depuis 3 mois.  

Fig. 1 : évolution du Consumer Staples Index ETF (3 mois) – Yahoo Finance 

Ces faibles rendements peuvent constituer des points d’entrées intéressants pour des investisseurs long terme, car le secteur est reconnu pour connaître une faible croissance certes, mais constante. En effet, la plupart des compagnies du secteur dureront plusieurs années encore. Par ailleurs, les investisseurs qui appréhendent une récession pourront diminuer leurs risques de pertes en investissant dans le secteur de consommation de base, reconnu comme étant sans doute le secteur le plus résistant lors de récessions.  

 

Technologies de l’information

Mois mouvementé pour BlackBerry, par William Bouchard

Au cours des dernières année, BlackBerry a subi plusieurs changements. L’ex géant des téléphones cellulaires s’est complètement réinventé en devenant une petite compagnie de logiciel en cybersécurité. Dans ses bonnes années, la compagnie canadienne se transigeait en bourse aux alentours de 145$US par action. Avec la montée de l’iPhone et des téléphones intelligents de Samsung, BlackBerry a perdu plus de 9% de sa capitalisation boursière parce qu’elle ne s’est pas adaptée assez rapidement aux changements dans l’industrieMême si elle vend encore des téléphones cellulaires, la compagnie canadienne cherche à se redéfinir comme une compagnie de cybersécurité des systèmes informatiques.  

Dans le dernier mois, les actionnaires de BlackBerry ont pu bénéficier des tendances créées par la page « Wall Street Bets » du site internet Reddit. En effet, la compagnie canadienne a vu son action grimpée à 25$US par action (première fois qu’elle dépasse 17$US depuis 2018), soit une augmentation de 257% en environ deux semaines, sans annonce majeure de la compagnie. Même si l’action est redescendue aussi rapidement qu’elle a montée, cette poussée a redonné espoir aux investisseurs.  

Certains analystes financiers pensent que le malheur de BlackBerry est derrière eux pour quelques raisons. En effet, pour la première fois en neuf ans, leurs revenus de 2020 ont connu une croissance comparativement à l’année précédente. De plus, la compagnie canadienne a fait plusieurs alliances stratégiques avec différentes compagnies dans les marchés chauds, dont une entente avec des compagnies de véhicules électriques qui utiliseront le logiciel QNX de BlackBerry au cours des dix prochaines années. 

 

Télécommunications

La paie des dividendes: est-elle une stratégie des compagnies du secteur des télécommunications pour attirer les investisseurs?

Alors que les résultats du quatrième trimestre de la plupart des compagnies du secteur font surface, certaines d’entre elles proposent une augmentation significative des versements des dividendes, malgré l’environnement économique instable. Bell Canada Enterprise (BCEqui propose déjà des dividendes très élevés (un rendement de dividende supérieur à 6%), annonce une hausse de 5,1% du dividende, soit une augmentation de 0,17$ par action ordinaire. Québecor (QBR.B) prévoit une hausse de 30%, ce qui conforme à sa politique de distribuer une partie des flux de trésorerie excédentaires aux actionnaires. Telus (TU) quant à lui, prévoit une croissance de 6,8% de ses dividendes par action (passant de 0,29125$ à 0,3112$). Cependant, Rogers ne prévoit pas de croissance de dividendes. La croissance des dividendes dans le secteur est principalement due à l’existence de flux de trésorerie disponibles, qui sont distribués aux actionnaires sous forme de dividendes. Tout semble alors présager que les compagnies du secteur prévoient une certaine reprise économique cette année ou des bénéfices significatifs avec l’avènement de la 5G. 

 

References

Canadian Banks Urged To Cut Rates, Suspend Payments As Profits Soar. (2021, février 26). HuffPost Canada. https://www.huffingtonpost.ca/entry/canadian-bank-profits_ca_60392304c5b60d98bec9b0ae  

Canadian banks’ provisions-led earnings beats mask operational challenges(2021, février 26)Reuters Cape Breton Post. https://www.capebretonpost.com/business/reuters/canadian-banks-provisions-led-earnings-beats-mask-operational-challenges-557184/  

Canada’s big banks all beat expectations in quarterly results(2021, février 26)CBC News. https://www.cbc.ca/news/business/major-banks-results-1.5927537  

Lizzy Gurdus. (2021). Consumer staples stocks are the worst of 2021, but PepsiCo could double in 10 years, trader saysCNBC. Tiré de: https://www.cnbc.com/2021/02/12/consumer-staples-stocks-are-2021s-worst-but-traders-see-opportunity.html 

Daniel Foelber. (2021). This Stock Market Sector Will Dominate 2021The Motley Fool. Tiré de :  https://www.fool.com/investing/2021/01/06/this-stock-market-sector-will-dominate-2021/  

Bell Canada Enterprise. (2021, février 04). Communiqué. Récupéré sur bce.com: https://www.bce.ca/investisseurs/rapports-financiers/2020-T4/2020-t4-communique.pdf 

Les affaires. (2021, février 17). À surveiller: Québecor, Banque BMO et PayPal. Récupéré sur lesaffaires.com: https://www.lesaffaires.com/bourse/analyses-de-titres/a-surveiller-quebecor-banque-scotia-et-paypal/623115 

Telus. (2021, février 11). Telus communiqué. Récupéré sur Telus.com: https://www.telus.com/fr/about/news-and-events/media-releases/telus-reports-operational-and-financial-results-for-fourth-quarter-2020#:~:text=%E2%80%93%20TELUS%20Corporation%20a%20publi%C3%A9%20aujourd,4%2C1%20milliards%20de%20dollars. 

The Motley Fool. (2021, février 11). BCE (TSX:BCE) Makes Big Changes: Is the Stock in Trouble? Récupéré sur fool.ca: https://www.fool.ca/2021/02/11/bce-tsxbce-makes-big-cuts-is-the-stock-in-trouble/