Hausse de 15% en 3 mois pour le titre d’Emera

Si le recul de l’indice composite S&P TSX (TSX : ^TSX) de 6.23% lors du mois de décembre 2018 n’a pas épargné Emera (TSX : EMA) qui a également connu un recul de 2.21% sur la même période, la performance de l’entreprise surpasse toutefois de loin celle du marché canadien au cours des 3 derniers mois, alors que l’indice TSX a connu un recul de 0.65% comparativement à une croissance de 15.62% pour Emera [en date du 18 janvier 2019].

Depuis 10 ans, la chute du coût de production d’énergie éolienne et solaire dans le monde (voir figure ci-dessous) oblige les entreprises œuvrant dans le secteur des énergies à revoir leur modèle d’affaires afin de se positionner dans un marché qui prendra de plus en plus de place dans les années à venir.  Au cœur de la transition vers les énergies renouvelables, Emera va stabiliser le taux de croissance des dividendes versés aux actionnaires entre 4 et 5% d’ici 2021, un ralentissement considérable par rapport au taux de croissance moyen de 10% qui a marqué la période entre 2013 et 2018. La baisse du taux de croissance est expliquée par son besoin de capital pour effectuer le virage vert (coûts de recherche et développement, nouvelles infrastructures, etc.). La compagnie de la Nouvelle-Écosse a également annoncé le 26 novembre 2018 la vente à venir de 3 centres de production de gaz (Bridgeport Energy, Tiverton Power et Rumford Power) à Carlyle Group pour 590M $US afin de garnir ses coffres de la liquidité requise par les changements à venir. Face à ce contexte, la réponse des investisseurs semble particulièrement bonne dernièrement avec la forte croissance du titre d’Emera de 15.62% au cours des 3 derniers mois (18 octobre 2018 au 18 janvier 2019).

Toutefois, la confiance des investisseurs par rapport à la croissance d’Emera est-elle la seule raison qui justifie une si forte ascension en 3 mois ? La baisse du marché canadien au cours des 5 derniers mois et particulièrement en décembre pourrait bien être une autre des raisons qui explique une telle croissance. En effet, entre le 1er août et le 24 décembre 2018, l’indice du marché canadien (TSX : ^TSX) a affiché une baisse de 15.85%.  Le secteur des services aux collectivités contient des titres particulièrement recherchés par les investisseurs en quête de stabilité dans leur portefeuille dans un contexte de « bear market ». La garantie que peu importe le contexte économique ou social, il y aura toujours un besoin pour l’énergie, offre une importante source de réconfort permettant de réduire le risque du portefeuille. Alors que l’année 2019 s’est amorcée avec une remontée de l’indice canadien, il sera intéressant d’observer au cours des prochains mois si la hausse du titre d’Emera pourra continuer, surtout avec l’importante vente d’actif à Carlyle Group qui devrait être officialisée au cours du premier trimestre de 2019.

 

 

Bibliographie

GreenTechMedia. (18 janvier 2019). The Top 10 Utility Regulation Trends of 2018. [en ligne]. Disponible: https://www.greentechmedia.com/articles/read/top-10-utility-regulation-trends-of-2018#gs.yIR7IMk1

Bloomberg. (18 janvier 2019). Emera stock. [en ligne]. Disponible: https://www.bnnbloomberg.ca/stock/EMA.TO

Emera. (18 janvier 2019). News Room. [en ligne]. Disponible: http://investors.emera.com/news.aspx?iid=4072693

CNN. (23 octobre 2018). Warning: 14 of 19 bear market signals triggered, Bank of America says. [en ligne]. Disponible: https://www.cnn.com/2018/10/23/investing/dow-jones-stocks-bear-market/index.html

Barchart. (18 janvier 2019). Stock comparison. [en ligne]. Disponible: https://www.barchart.com/stocks/quotes/$TXCX/comparison

TMXmoney. (18 janvier 2019). S&P/TSX Composite Index. [en ligne]. Disponible: https://web.tmxmoney.com/pricehistory.php?qm_symbol=^TSX

Laisser un commentaire