Le brut canadien bat un record, manque de soutien pour la construction de pipelines et saturation mondiale du pétrole

Les prix du brut lourd au Canada ont été considérablement déprimés par la baisse de la demande, la manque de capacité d’exportation et une surabondance des stocks de pétrole au cours des derniers mois. Les prix du Western Canadian Select atteignent 13,46 $ le baril jeudi. Il s’agit du plus bas niveau jamais atteint par l’indice de référence depuis sa première transaction en 2004, dépassant le précédent record de 2016 durant le dernier crash pétrolier. Vendredi, il a finalement progressé à 17,43 $, ramenant à 39,25 $ le baril l’escompte du Heavy Western Canadian Select versus le West Texas Intermediate. Ces dernières années, cet écart était généralement entre 15 et 30 dollars.

Dans mon article précédent, j’ai mentionné que des raffineries américaines, équipées pour traiter le brut lourd canadien, ont été fermées en raison de travaux de maintenance en cours. Parce qu’ils représentent certains des plus gros clients, ces fermetures ont fortement contribué à la baisse de la demande. La bonne nouvelle est que ce facteur négatif dans l’équation n’est que temporaire. BP a récemment rouvert sa raffinerie qui traite le pétrole brut lourd canadien après des mois d’entretien, et on s’attend à ce que d’autres fassent de même au cours des prochaines semaines. La demande pour le WCS devrait bientôt augmenter.

Du côté de l’offre, il y a un manque de capacité d’exportation qui dure depuis des mois et qui est plus difficile à résoudre à court terme. La capacité limitée des pipelines a obligé les sociétés pétrolières à acheminer leur production par chemin de fer (un record de 274 000 barils par jour en octobre), et beaucoup ont signé des contrats pluriannuels, pressentant que la débâcle avec Keystone XL et TransMountain ne sera pas résolue bientôt. Les compagnies pétrolières canadiennes s’attendent à doubler le volume des expéditions par train d’ici l’an prochain. C’est très avantageux pour l’industrie ferroviaire canadienne aux dépens de l’industrie énergétique.

Le marché baissier mondial du pétrole a également été une des principales causes des faibles prix records du brut canadien. Au cours des derniers mois, des rumeurs ont couru selon lesquelles la Chine aurait achevé son programme de stockage stratégique de pétrole, qui avait entraîné une hausse des prix au cours des cinq dernières années. De plus, les chiffres des stocks pétroliers des États-Unis montrent qu’il y a beaucoup plus d’offre que prévu. Mon hypothèse est que l’essentiel de la demande de prix du pétrole a été tirée par l’expansion économique de la Chine, ce qui voulait dire une classe moyenne en expansion, capable de se payer des voitures. Des données récentes ont toutefois montré que les ventes d’automobiles en Chine ont enregistré la plus forte baisse en 7 ans; les ventes de véhicules ont chuté de 11,6% en septembre, après trois mois de décroissance consécutive. Ainsi, alors que les ventes mondiales d’automobiles atteignent un plateau, on peut penser que l’équilibre entre l’offre et la demande de pétrole a été atteint. Les principaux centres urbains du monde utilisent désormais des véhicules et les ventes de véhicules en Afrique ont également diminué depuis 2015. Par conséquent, je prédis que les prix du pétrole brut resteront stables entre 40 et 60 dollars le baril dans un avenir proche.

J’espère que cet article met en lumière le contexte mondial du secteur de l’énergie qui complète mon article précédent, qui portait principalement sur l’industrie pétrolière canadienne. En assimilant toutes ces informations, je pense que le secteur de l’énergie sera guidé par l’élargissement des marges au lieu de produire davantage au cours des 5 à 10 prochaines années.

Bibliographie

Bloomberg. (18 novembre 2018). The Oil Price is Now Controlled by Just Three Men. [En ligne]. Disponible: https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2018-11-18/bin-salman-trump-and-putin-control-the-oil-price-now

Bloomberg. (18 novembre 2018). Canadian Crude Rallies as U.S. Demand and Rail Shipments Rise. [En ligne]. Disponible:  https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-11-16/canadian-crude-rallies-as-u-s-demand-and-rail-shipments-rise

Statista. (18 novembre 2018). Passenger Car Sales in Africa. [En ligne]. Disponible: https://www.statista.com/statistics/473598/passenger-car-sales-in-africa/

Reuters. (18 novembre 2018). China Auto Sales Post Biggest Drop in 7 Years as Growth Engine Stalls. [En ligne]. Disponible: https://www.reuters.com/article/us-china-autos-sales/china-auto-sales-post-biggest-drop-in-7-years-as-growth-engine-stalls-idUSKCN1MM0KV

Financial Post. (18 novembre 2018). Heavy Canadian Crude Falls to Record Low Amid Production Cuts. [En ligne]. Disponible: https://business.financialpost.com/commodities/energy/heavy-canadian-crude-falls-to-record-low-amid-production-cuts

S&P Global. (18 novembre 2018). China’s slow strategic petroleum reserves build signals reduced dependency for energy security. [En ligne]. Disponible: https://www.spglobal.com/platts/en/market-insights/latest-news/oil/011018-analysis-chinas-slow-strategic-petroleum-reserves-build-signals-reduced-dependency-for-energy-security

China.org.cn. (18 novembre 2018). U.S. oil inventories increase last week: EIA. [En ligne]. Disponible: http://www.china.org.cn/world/Off_the_Wire/2018-11/16/content_72846210.htm

Laisser un commentaire