Compte rendu de conférence : M2S Capital

La première conférence de PolyFinances en 2018 s’est tenue dans les locaux de M2S Capital. La cohorte a eu le plaisir de rencontrer M. Éric Lemieux, un entrepreneur érudit, président du fonds d’investissement privé M2S Capital et associé directeur de Levio Consulting, qui compte au total 300 employés. M. Lemieux a été directeur général de Finances Montréal et a occupé plusieurs fonctions d’importance pour le mouvement Desjardins durant une quinzaine d’années, sans oublier que M. Lemieux est très impliqué dans le parcours PolyFinances, puisqu’il a été membre du conseil d’administration depuis sa création.

À propos de M2S CAPITAL

M2S Capital est une compagnie qui a bâti sa réputation auprès de l’industrie financière et des fournisseurs liés au domaine technologique. Elle gère un fonds Fintech investissant dans les entreprises en croissance en leur fournissant du capital financier et intellectuel afin d’accéder à un réseau approprié. (Site Web M2S CAPITAL)

Principaux axes de la conférence

La conférence a porté sur deux axes principaux : le développement des FinTechs et l’évolution des robots.

Les FinTechs : Où en sommes-nous ?

Dans les années 1980, l’automatisation des processus mannuels a été représentée par les guichets automatiques. Le comportement des individus a alors connu une grande transformation. Vers les années 90, les modes de paiement ont été revus notamment avec Interac. Depuis les années 2000, les Fintechs ont pris de l’expansion . En 2005, avec à peu près 850 compagnies, les premiers acteurs dans le domaine des données et de l’analyse, des paiements et de la sécurité sont apparus. Par la suite , en 2010 ( ~1900 compagnies), il y a eu une forte croissance des paiements : transferts, traitements… On est alors devant une émergence de la planification et des investissements FinTechs. De nos jours ( ~ 3100 compagnies) , les FinTechs qui touchent le domaine des prêts/ « crowdfounding » connaissent une forte croissance, en plus d’une émergence de nouvelles formes de monnaies alternatives telles que la crypto-monnaie.

Au Canada, il existe  600 FinTechs sur les 6000 présentes en Amérique du Nord, principalement dans le domaine des prêts, assurances, sécurité, paiements, crypto-monnaie et investissements.

Les robots : innovation perturbatrice en évolution

Par définition, un robot-conseiller est «une société qui offre des conseils en matière d’investissement par le biais d’un site web interactif » ( Présentation de M. Lemieux)

Les frais de gestion associés sont très faibles (entre 0.5 % et 1%), en plus d’une démocratisation d’accès aux services de gestion de portefeuille. Il reste que les organisations de règlementation imposent la participation d’une tierce personne même si ces robots proposent un service impeccable au client. Somme toute, les robots-conseillers permettent de répondre à plusieurs lacunes de l’Industrie, en livrant des solutions simples, adaptées à faible coût.

Les 3 points à retenir de la conférence

  • Les Fintechs ont modifié les modèles d’affaires et utilisent les nouvelles technologies.
  • Les FinTechs sont plus petites au Canada, car le système est oligopolistique réglementé.
  • Dans le futur, il faut créer de la valeur supplémentaire : les modèles d’affaires traditionnels vont diminuer graduellement avec l’apparition des robots-conseillers

M. Lemieux a clos la conférence en conseillant trois secteurs à découvrir : le capital de risque, les Fintechs et les incubateurs. Il nous a aussi conseillé de garder tout au long de notre parcours, une perspective de compréhension.

 

Laisser un commentaire