Compte-rendu de conférence – CIRANO

Le jeudi 16 novembre dernier, les membres de PolyFinances ont eu le plaisir de se rendre au CIRANO (Centre Interuniversitaire de Recherche en Analyse des Organisations) pour assister à une conférence donnée par monsieur Thierry Warin ainsi que certains de ses étudiants et directeurs de recherche du centre.

Thierry Warin

Professeur agrégé du département d’affaires internationales aux HEC, monsieur Warin est le fondateur du comité étudiant PolyFinances. Il est très engagé dans le domaine de l’enseignement et partage ses connaissances en plus de favoriser la discussion sur de nombreux sujets économiques grâce à des séminaires qu’il organise régulièrement.

Nathalie De Marcellis-Warin

Professeure titulaire du département de mathématiques et de génie industriel, madame De Marcellis-Warin est présidente du CIRANO depuis 2016. Elle est titulaire d’un doctorat en sciences de gestion de l’École Normale Supérieure.

William Sanger

Étudiant au doctorat en génie industriel dans le domaine de l’utilisation des données massives en sciences politiques, William est directeur de recherche au CIRANO pour Mondo International et au Social Data Science Lab. Il fut le premier coordonnateur étudiant de PolyFinances.

Romain Le Duc

Titulaire d’une maîtrise en affaires internationales aux HEC, Romain se spécialise sur l’utilisation de la science des données pour les questions de compétitivité. Il est directeur de recherche au CIRANO pour l’Observatoire de la Francophonie Économique et au Social Data Science Lab. Romain a aussi fait partie de PolyFinances lors de son passage à Polytechnique.

Le CIRANO

Les membres du comité ont pu en apprendre plus sur les activités et les différents partenariats du CIRANO. En effet, le centre de recherche est un forum entre les universitaires, les représentants du gouvernement et le monde des affaires. Avec plus de 230 chercheurs affiliés provenant de l’ensemble des universités du Québec, le CIRANO sert d’accélérateur de recherche dans les thématiques des politiques publiques et du risque. Le centre de recherche se concentre notamment sur l’importance de la numérisation et plus précisément de la technologie au service de la finance. Un exemple de l’incroyable collaboration possible au CIRANO est les nombreuses banques partenaires qui sont habituellement des concurrents, mais qui se retrouvent au centre de recherche pour étudier l’avènement du monde numérique et son impact sur leurs opérations. Ils ont également des mandats internationaux, comme fournir par une plateforme en ligne des données économiques aux 84 pays de la francophonie (Observatoire de la Francophonie Économique).

Nouvelles disciplines

La crise financière de 2008 a été causée par l’oublie du risque systémique, ce qui signifie que l’effondrement des entreprises d’un secteur particulier fait en sorte que l’économie entière s’effrite et tombe. C’est après cette crise que le monde de la finance a commencé à comprendre le besoin d’être capable d’analyser un nombre important de données sur la finance à travers l’utilisation de la science de données. Deux nouvelles disciplines ont découlé et ont ainsi été créées soit l’analyse des données en sciences sociales (Social Data Science) et l’analyse de données issue du monde informatique (Computational Data Science). Ces nouvelles disciplines démontrent l’intérêt envers la science des données et l’importance de savoir utiliser ces données.

Le professeur Warin a développé et mis en place une plateforme de recherche, Nüance-R, qui a pour objectif d’utiliser la recherche reproductible, le langage de programmation R et la puissance de calcul pour répondre aux nouvelles questions du XXIè siècle. De manière philanthropique, cette plateforme est mise à disposition des chercheurs du Social Data Science Lab afin de développer les différents projets de recherche.

Projets de recherche

Monsieur Warin ainsi que ses étudiants ont partagé avec les membres de PolyFinances les différents projets de recherche actuellement en cours sur le sujet du Social Data Science. Ces projets sont résumés brièvement dans les quelques lignes qui suivent.

Madame Farnaz Farnia a présenté son projet de doctorat qui consiste en l’analyse des effets de la disparité des normes de labellisation de produits naturels sur le commerce. Monsieur William Sanger a montré l’étude de réactions lors des élections au Nigéria. C’est dans un contexte où l’information issue des sondages n’était pas disponible que l’information issue d’Internet a pu être utilisée. Madame Marine Leroi a pu, grâce à l’analyse des données issue des médias sociaux, connaître la tendance de vote des citoyens aux dernières élections fédérales canadiennes. Ces recherches sont très avant-gardistes, mais elles comportent également un risque politique associé au pouvoir de prédire des événements à l’avance. Monsieur Paul Daigle a partagé son projet de recherche sur les robots conseillés et sur les différents algorithmes utilisés dans l’analyse de leurs utilités (réseau bayésien). Madame Charlotte Vorreuther a analysé les brevets pharmaceutiques déposés en Chine comparativement au reste du monde. Cette analyse a permis de comparer les innovations de ce pays avec celles du reste du monde. C’est plus de 200 000 brevets qui ont été analysés, un travail impensable sans les outils sophistiqués d’analyse disponibles aujourd’hui. Monsieur Christophe Mondin a présenté son projet sur l’analyse de la perception de la fracturation hydraulique du public comparativement aux gens dans le domaine de la recherche. En lien avec l’école de santé publique de Harvard, il a participé à la réalisation d’une carte représentant les différents sentiments du public selon leur localisation. Monsieur Romain Le Duc analyse les différents brevets déposés sur l’intelligence artificielle pour connaître d’où vient l’innovation dans ce domaine. Les grandes compagnies IBM, Microsoft et Google sont celles qui en publient le plus.  L’ensemble de ces projets de recherche ont été réalisés par l’équipe présente au sein du Social Data Science Lab du CIRANO, encadré par le professeur Warin et la professeur de Marcellis-Warin.

Le monde de demain

Pour finir, être capable d’analyser un très grand nombre de données rapidement permet de se doter d’un avantage exceptionnel dans un contexte de compétitivité. Le transfert de connaissance est un élément important au cœur des chercheurs du CIRANO et ils favorisent le partage d’information à travers leurs différentes plateformes. Il faut se préparer aux enjeux du futur, être prêt à avoir accès et analyser un nombre impressionnant de données. Comme monsieur Warin aime le dire, « Nous vivons à une époque formidable : c’est la première fois que l’humanité possède la puissance de calcul permettant de répondre aux défis du XXIè siècle. Avec plus de 7 milliards de cerveaux connectés, les approches innovantes existent. La quatrième révolution industrielle aura des impacts plus importants que les précédentes, nous ne sommes qu’à l’année zéro de l’humanité. »

Laisser un commentaire