Keystone XL obtient finalement le feu vert

Le 20 novembre dernier, la régie des services publics du Nebraska a voté à trois contre deux pour approuver le trajet redessiné du pipeline Keystone XL sensé transporter 830 000 barils de pétrole par jour, mettant ainsi fin à plus de 9 ans de litige entre les autorités et TransCanada (TSE : TRP). Les derniers préparatifs avant la construction du pipeline ayant un coût estimé de 10G $CAN peuvent donc enfin débuter.

Le trajet qui a été approuvé est différent de celui initialement proposé par TransCanada. Il a été refait pour réduire l’impact et l’empreinte écologique du transport du pétrole sur le territoire du Nebraska. La première ministre de l’Alberta, Madame Rachel Notley, s’est réjouie de cette nouvelle qu’elle qualifie de bénéfique pour l’Alberta puisqu’elle entrainera une diversification des marchés et permettra de maximiser la valorisation des produits pétroliers. Les actionnaires de TransCanada se réjouissent également de la nouvelle et ont confiance que la compagnie sera capable de financer le projet même si cela nécessite une nouvelle émission d’actions. Il faut aussi considérer que TransCanada est plus endettée que la moyenne du secteur avec un ratio dette/fonds propres de 221,2 % comparativement à 67,15 % selon des données de Thomson Reuters.

Ce n’est toutefois pas la fin de l’opposition à ce projet. Le nouveau trajet entrainera la nécessité de négocier le droit de passage sur d’autres territoires qui n’étaient pas visités lors du tracé original. Les membres d’organismes environnementaux comme GreenPeace Canada ont également réitéré leur opposition au projet. La fuite de l’oléoduc Keystone qui a laissé s’échapper quelque 210 000 barils de pétrole quelques jours seulement avant le vote au Nebraska n’aide en rien pour convaincre les environnementalistes du bienfondé du nouvel oléoduc. Il faut cependant comprendre qu’une telle fuite, bien que très regrettable, peut survenir à tout moment et est minime lorsqu’on analyse que plus de 9 millions de barils de pétrole sont produits chaque jour aux États-Unis.

L’approbation de ce projet est une excellente nouvelle pour le leader du secteur énergétique canadien Suncor (TSE : SU) qui se spécialise dans l’extraction de pétrole dans les sables bitumineux. Cette nouvelle voie d’exportation leur permettra d’augmenter leur production de pétrole et d’atteindre de nouveaux marchés. Les exportations pétrolières du Canada représentaient 43.1 % des importations des États-Unis en 2016, doublant le volume d’il y a dix ans. L’évolution de l’action de Suncor est grandement suivie par PolyFinances et, bien que l’approbation du pipeline en tant que tel n’a pas eu d’effet sur le cours de l’action, la construction du pipeline aura des retournés bénéfiques à long terme.

Bibliographie

Bachand, O. (2017, Novembre 20). Le dernier obstacle à l’oléoduc Keystone XL est levé. Tiré de Radio-Canada: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1068192/decision-keystone-xl-alberta-nebraska-petrole-economie

CBC News. (2017, Novembre 20). Nebraska OKs ‘alternative route’ for Keystone XL pipeline. Tiré de CBC News: http://www.cbc.ca/news/business/nebraska-keystone-1.4409960

Green, K. P., Aliakbari, E., & Stedman, A. (2017, Novembre 23). Calgary Sun. Tiré de Guest column: Keystone XL approval errs on side of safety: http://calgarysun.com/opinion/columnists/guest-column-keystone-xl-approval-errs-on-side-of-safety

Thomson Reuters. (2017, Novembre 21). Shareholders urge TransCanada to back Keystone XL despite risk. Tiré de CBC News: http://www.cbc.ca/news/business/transcanada-keystone-xl-shareholders-1.4412602

Tuner, C. (2017, Novembre 21). Why the Keystone spill poses a serious problem for the whole oil sands sector. Tiré de Maclean’s: http://www.macleans.ca/news/canada/why-the-keystone-xl-spill-poses-a-serious-problem-for-the-whole-oil-sands-sector/

 

 

Laisser un commentaire