Le marché de la vidéo diffusion sur demande : Netflix en croissance à l’internationale

Netflix (NASDAQ : NFLX) a annoncé le mois dernier l’atteinte des 100 millions d’abonnés. Ce nombre symbolique montre l’importante présence qu’occupe l’entreprise américaine sur le marché de la vidéo diffusion sur demande. Pendant que Netflix continu sa forte croissance, les entreprises Canadiennes et Québécoises tentent d’augmenter leur part de marché dans la vidéo diffusion sur demande en adoptant certaines stratégies semblables à celles de la compagnie américaine.

En 2017, 6.3 millions des abonnés Netflix sont Canadiens et au Québec on compte plus de 865 000 abonnés. Face à cette opposition, l’entreprise québécoise Québecor (QBR:TSE) tente d’aller chercher une plus grande part de marché en créant du contenu original à diffuser sur leur plateforme Club Illico. Cette stratégie est déjà utilisée par Netflix depuis 2013 avec le lancement de la série télé à succès « House of Cards ». Chez Québecor, la volonté de s’adapter aux exigences de la forte compétition s’exprime sous la forme de la l’achat de Vision Global. Vision Global est propriétaire, entre autres, des studios de cinéma Mel’s qui possèdent espace et équipements utiles à la production cinématographique.

Malgré la volonté des entreprises canadiennes de suivre le rythme imposé par Netflix, certaines entreprises ont beaucoup souffert de la présence de l’entreprise américaine sur le marché canadien en 2010. Par exemple, Shomi, un service de vidéo diffusion sur demande propulsé par Rogers (TSX : RCI) et Shaw (TSX : SJR) a dû cesser ses opérations au mois de novembre 2016 en raison de la croissance écrasante de Netflix.

Considérant le haut niveau de compétition dans ce marché de la vidéo diffusion sur demande, il est normal pour les entreprises canadiennes de se sentir brimées lorsque la règlementation en terme de taxation les désavantages par rapport à Netflix. En effet, Netflix a droit à un congé de taxe au Canada alors que les entreprises canadiennes n’ont pas droit à cette exemption. Malgré la décision du gouvernement fédéral, certaines provinces, comme le Québec, planifient d’imposer une taxe provinciale à Netflix.

Bibliographie

LaPresse (2017), Club illico veut votre 10 $, tiré de http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/hugo-dumas/201609/29/01-5025621-club-illico-veut-votre-10-.php

Radio Canada (2017), Netflix au Canada : Goliath a gagné, David a flanché, tiré de http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1058721/netflix-canada-taxes-melanie-joly-politique-culturelle-series

La Presse (2017), Netflix: international et contenus originaux dopent la croissance, tiré de http://affaires.lapresse.ca/economie/medias-et-telecoms/201710/16/01-5140215-netflix-international-et-contenus-originaux-dopent-la-croissance.php

Netflix (2017) tiré de https://media.netflix.com/en/about-netflix

La Presse(2017), Netflix: le rouleau compresseur tiré de http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/francis-vailles/201611/05/01-5038142-netflix-le-rouleau-compresseur.php

Global News (2017), Quebec says it will impose sales tax on Netflix, tiré de https://globalnews.ca/news/3783322/quebec-says-it-will-impose-sales-tax-on-netflix/

Radio Canada (2017), Le nombre de « débranchés » continue d’augmenter au Canada tiré de http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1028962/canadiens-sans-television-abonnements-etude-the-convergence-research-group

Laisser un commentaire