« Comment encourager des comportements à long terme chez les investisseurs » Par Jean-Luc Gravel

Le jeudi 26 octobre 2017, deux membres de PolyFinances ont eu le privilège d’assister au colloque sur l’investissement responsable tenu par le réseau PRI (Principles for Responsible Investment) Québec. Parmi les sujets abordés lors de cet évènement, on y trouve l’importance d’encourager les comportements à long terme chez les investisseurs et comment le faire.

Présentation du conférencier : Jean-Luc Gravel

Jean-Luc Gravel est le premier vice-président Marchés boursiers à la caisse de dépôt et de placement du Québec. Il est analyste financier agréé et Fellow de l’institut canadien des valeurs mobilières. Il a commencé sa carrière en tant qu’analyste puis comme directeur dans plusieurs sociétés financières telle que Nesbitt Burns et Newcrest Capital. Il a aussi été journaliste financier pour le journal Les Affaires. De 2004 à 2009 il occupe le poste de vice-président principale, Actions canadiennes à la caisse de dépôt et de placement du Québec ce qui lui a permis d’accéder au poste qu’il occupe actuellement.

Comment encourager des comportements à long terme chez les investisseurs 

La conférence avait pour objectif de sensibiliser l’auditoire sur l’importance d’une gestion à long-terme pour une entreprise et expliquer comment les investisseurs peuvent avoir un rôle à jouer dans l’effort vers les investissements long-terme.

Actuellement, les méthodes d’investissements encouragent d’avantage les investissements à court terme. En effet, les investisseurs cherchent des résultats rapides dans le but de faire croitre rapidement leurs investissements. Ces exigences de rendements rapides engendrent des visions à court terme chez plusieurs entreprises qui veulent attirer les investisseurs. Les entreprises cherchent donc à produire des résultats favorables pour les investisseurs en seulement deux ans. Cette perspective à court terme fait en sorte que plusieurs entreprises négligent des investissements qui sont très rentable à long-terme tel que la recherche et développement, marketing et les investissements outremer. En plus de pénaliser les entreprises, la vision court-terme de celles-ci rend le marché plus volatile, ce qui rend le travail des investisseurs plus difficile.

Afin de changer cette tendance Jean-Luc Gravel a donné des conseils à l’audience pour encourager les entreprises à avoir une vision à long-terme. Premièrement, il est important d’éduquer la population sur le phénomène de volatilité du marché entrainé par les investissements court-terme et les exigences de rendements rapides. De plus, il propose de construire des équipes d’investisseurs qui ont une vision à long-terme.

Mise à part le comportement des investisseurs, certaines lois pourraient être mises en place pour encourager des investissements plus sains. Par exemple, Mme Clinton suggérait dans sa plateforme électorale de taxer les gains des investisseurs en fonction de la durée de la détention de l’action. Par exemple, la taxation sera moindre si on enregistre un gain sur une période de 5 ans par rapport au même gain enregistré sur une période d’un an. Un autre exemple d’idée de règlementation qui peut encourager les investissements long-terme est de donner un poids de vote plus important aux actionnaires qui investissent à long-terme dans une même entreprise.

Dernièrement, le conférencier a mis l’accent sur le fait qu’il ne faut pas nécessairement être un grand investisseur pour promouvoir la vision à long-terme dans les entreprises. Il cherchait ainsi à encourager les investisseurs présents à discuter de la vision long-terme avec les entreprises dans lesquelles ils investissent.

Laisser un commentaire