Unilever refuse une proposition de rachat historique de $143 Milliard par Kraft Heinz

En février 2017, le géant Unilever a refusé une proposition de rachat de 143G USD de Kraft Heinz. A 50 dollars par action, avec 30,23 dollars en numéraire en dollars et 0,222 action de la nouvelle entité ainsi créée pour chaque action Unilever, la taille de cette proposition de rachat en aurait fait la troisième plus importantes de tous les temps.

Kraft souhaite opérer ce rachat pour « créer une entreprise majeure de biens de consommation avec une croissance de long terme et des revenus durables ». Unilever a refusé l’offre qu’elle juge sous-évaluée par rapport à la valeur du groupe. Kraft Heinz a alors retiré son offre, ne s’attendant pas à un refus de la part d’Unilever, et parce que l’offre a été rendue publique trop tôt compliquant les négociations.

Kraft Heinz et Unilever sont deux groupes multinationaux leaders de leurs marchés. Kraft Heinz ayant un chiffre d’affaire de 26.5G USD et Unilever de 73.4G USD l’an passé.

A la suite de l’annonce de l’offre, l’action Unilever affichait un bond de plus de 13%, inscrivant au passage un record ; le titre Kraft Heinz avait lui aussi connu une hausse de plus de 10% Wall Street.

Kraft Heinz est un géant de l’industrie alimentaire, connu pour son Ketchup, les cafés Maxwell et ses pates Kraft Dinner. Unilever opère aussi bien dans l’alimentaire (Knorr, Ben and Jerry’s, Lipton, Miko) que les produits d’entretiens (Rexona, Axe) et de beauté (Dove).

L’offre de Kraft Heinz fait suite aux désirs de ses investisseurs (que sont Warren Buffett et Jorge Paulo Lemann (3G Capital), détenteur à eux deux de 51% de Kraft Heinz) d’acquérir les compétiteurs principaux de Kraft pour consolider le marché et réduire les couts pour augmenter les profits. L’objectif étant ici de créer un géant du secteur alimentaire en exploitant la force de Kraft aux USA et celle d’Unilever en Europe et Asie. S’il avait eu lieu, le défi de ce rachat aurait été d’associer les cultures de ces deux compagnies.

Une fusion des deux groupes aurait créé un monstre dans l’industrie alimentaire. La proposition de rachat nous indique que cette industrie est en ralentissement, voire en consolidation. Notons en effet que le secteur de l’alimentation fait face simultanément au ralentissement de la consommation des marchés émergents, pendant longtemps le principal moteur de leur croissance, à la baisse des prix sur les marchés développés, et à l’évolution des comportements d’achat des consommateurs toujours plus exigeants sur la qualité, la fraicheur, et la traçabilité des produits.

Références

CBC. (2017). Unilever rebuffs $143B US takeover bid from Kraft Heinz. http://www.cbc.ca/news/business/kraft-heinz-unilever-1.3987619

CBC. (2017). Unilever shares tumble as Kraft Heinz drops takeover bid. http://www.cbc.ca/news/business/unilever-kratft-heinz-takeover-off-1.3990891

Les Affaires. (2017). Fusion: Unilever refuse les «faibles avances» de Kraft. http://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/unilever-refuse-une-fusion-avec-kraft-heinz/593404

CNBC. (2017). Warren Buffett: Kraft Heinz bid for Unilever was not a ‘hostile offer’. http://www.cnbc.com/2017/02/27/warren-buffett-kraft-heinz-bid-for-unilever-was-not-a-hostile-offer.html

Radio Canada. (2017). Kraft-Heinz tente d’acquérir la multinationale Unilever. http://ici.radio-canada.ca/breve/82633/kraft-heinz-tente-dacquerir-la-multinationale-unil

Laisser un commentaire