Hydro-Québec au-delà du Québec

Hydro-Québec (HYQU :CN), géant en matière d’énergie propre au Québec, couvre actuellement environ 96% de l’électricité consommée au Québec. En le comparant à ses compétiteurs ailleurs au Canada et aux États-Unis, il propose le plus bas prix par kWh à ses clients. Il est alors naturel que la quantité d’énergie exportée par Hydro-Québec soit en hausse, soit de 15,35% de 2014 à 2015. Les exportations correspondaient d’ailleurs à une partie majeure des profits réalisés pour l’année 2015. On peut alors penser qu’une plus grande implication de l’entreprise québécoise à l’étranger serait une voie intéressante pour son émancipation.

Introduction

Fondée en 1944, Hydro-Québec a approvisionné le Québec en électricité depuis un bon nombre d’années déjà. La compagnie a d’abord connu une période d’apprentissage sur son marché jusqu’en 1959. En 1963, la compagnie a acquis Gatineau Power Company et Shawinigan Water and Power Company, ce qui lui a permis une expansion accélérée. L’année 1979 souligne l’inauguration de la centrale LG-2 d’une puissance de 2106MW. Malgré une période plus difficile dans les années 80 et début 90, Hydro-Québec est aujourd’hui à la tête des fournisseurs en énergie au Québec [1]. Principalement, Hydro-Québec est centrée sur la provision d’électricité à ses clients par la génération de celle à 99% depuis les courants d’eau [2]. En fin 2015, la capacité de production du géant de l’hydroélectricité était de 36912MW provenant de 87 centrales. Le nombre d’employés s’élevait à 19794 et le nombre de compteurs d’électricité installés chez les clients s’élevait à 3,7 millions [3]. Malgré ses grandes performances en génération d’électricité, Hydro-Québec a toutefois récemment été contrainte de relancer la centrale TransCanada Énergie à Bécancour pour satisfaire des besoins en énergie qui avait été significativement sous-estimée pour les prochaines années [4].

Structure de marché

La clientèle principale d’Hydro-Québec étant actuellement située au Québec, cela ne l’empêche pas d’exporter une bonne partie de son électricité dans les provinces voisines ou à l’extérieur du pays. En effet, comme on peut le voir à la figure suivante, ces exportations ont été principalement réalisées dans les états de la Nouvelle-Angleterre et de New York.

fig1

Figure 1 : Ventes hors Québec en 2015 (%) (Source : hydroquebec.com)

fig2

Figure 2 : Exportations nettes d’électricité de 2014 à 2015 (Source : hydroquebec.com)

Ces exportations ont participé de 902 M$ au bénéfice net total de 3 147 M$ pour l’année 2015. Effectivement, il s’agit d’une portion importante du bénéfice total. À la figure 2, on peut voir que la puissance exportée a augmenté significativement de 2014 à 2015 et il est très important pour Hydro-Québec de poursuivre cet accroissement de manière à se faire valoir plus globalement en Amérique du Nord et au-delà. Il offre d’ailleurs le plus bas prix par rapport à ses compétiteurs rapprochés comme il peut être constaté à la figure 3.

fig3

Figure 3 : Tarifs par kWh en Amérique du Nord

Toutefois, comme indiqué plus tôt, le marché principal d’Hydro-Québec est pour l’instant centré au Québec. En effet, en matière d’hydroélectricité, Hydro-Québec est un monopole d’État et il n’a donc pas de compétition. De plus, de manière générale, il possède un quasi-monopole de l’électricité produite au Québec, soit environ 96% [5].

Stratégies de l’entreprise

Comme démontré à la figure 3 un peu plus haut, Hydro-Québec gère avec la compétition par ses prix particulièrement bas. En effet, l’énergie par l’entremise des courants d’eau coute peu cher et il est alors accessible pour Hydro-Québec de réduire ses prix pour ses clients. De la sorte, il impose une barrière à l’entrée pour des compétiteurs au Québec en particulier.

Les services offerts par Hydro-Québec diffèrent de ses compétiteurs entre autres par leur diversité. En effet, il ne se limite pas à la distribution d’énergie, mais s’implique également dans le domaine de la construction. De larges fonds sont aussi investis dans la recherche et développement de plusieurs technologies. Particulièrement, Hydro-Québec s’intéresse au développement de batteries pour voitures électriques. Il a aussi l’ambition d’électrifier les transports en général au Québec. Ces batteries pourraient alors servir au-delà des voitures également.

Par l’entremise de l’Institut de Recherche d’Hydro-Québec (IREQ), plusieurs innovations intéressantes ont également été apportées. On peut entre autres penser aux batteries à très hautes performances développées en collaboration avec Stockage Conversion Énergie [6].

Hydro-Québec est également détenteurs d’une soixantaine de brevets protégeant ses technologies [7]. Grâce à ceux-ci, l’entreprise instaure une barrière à l’entrée de nouvelles entreprises désirant imiter leur façon de faire et la compétition sur le marché est ainsi limitée.

Analyse du contexte présent et futur de l’entreprise

Dans la situation actuelle, Hydro-Québec est majoritairement implantée au Québec. Toutefois, il l’est solidement. En effet, comme il couvre déjà presque entièrement la fourniture en énergie pour presque tous les Québécois, les possibilités pour son émancipation sont limitées. La façon la plus rapide pour l’entreprise de s’enrichir est donc de viser les marchés en dehors du Québec, à commencer par le reste du Canada et des États-Unis.

Des facteurs majeurs qui peuvent influencer les possibilités de gain de clientèles à l’extérieur du Québec sont les relations politiques entre les différents endroits. En effet, l’élection du nouveau président américain et les relations pour le moins compliquées entre le Québec et le reste du Canada peuvent s’avérer être un défi de taille pour porter à bien des négociations pour la vente d’énergie québécoise.

Hydro-Québec pourrait aussi miser dans la diversification de ses produits. Par exemple, comme il génère déjà de grandes quantités d’énergie, il pourrait se mettre à la vente de batteries pour emmagasiner de l’énergie à domicile qui permettrait aux résidents d’être alimentés en cas de pannes de courant.

Conclusion

Comme nous l’avons vu, les prix par kWh d’Hydro-Québec sont actuellement plus bas que ceux de ses concurrents. Ceci est partiellement lié à sa grande productivité par rapport à sa clientèle relativement limitée au Québec. Par contre, avec les conditions géographiques particulièrement favorables à l’énergie hydraulique au Québec, le géant de l’énergie québécoise n’est pas près de perdre son étoffe en tant que leader en provision d’électricité en Amérique du Nord. Il y a alors fort à parier que les collaborations et ententes entre compétiteurs et pays voisins se multiplieront dans les prochaines années alors que les demandes en énergies des particuliers ne cessent d’augmenter.

Références :

[1] MétéoPolitque. (Date introuvable). Historique de l’électricité au Québec et d’Hydro-Québec. MétéoPolitque. Consulté le 22 novembre 2016 depuis http://meteopolitique.com/fiches/privatisation/hydro/Documentation/Histoire-Hydro-Quebec.htm

[2] Hydro-Québec. (2016). A world leader in hydropower. Hydro-Québec. Consulté le 22 novembre 2016 depuis http://www.hydroquebec.com/about/who-are-we/hydro-quebec-glance.html

[3] Hydro-Québec. (2016). Rapport Annuel 2015. Hydro-Québec. Consulté le 22 novembre 2016 depuis http://www.hydroquebec.com/publications/fr/docs/rapport-annuel/rapport-annuel.pdf

[4] Lévesque, L. (2016, 1er novembre). Demande d’électricité : Hydro-Québec doit s’ajuster. La Presse. Consulté le 22 novembre 2016 depuis http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-et-ressources/201611/01/01-5036587-demande-delectricite-hydro-quebec-doit-sajuster.php

[5] MERN. (2011). Production d’électricité. Ministère de l’énergie et des Ressources Naturelles du Québec. Consulté le 22 novembre 2016 depuis https://www.mern.gouv.qc.ca/energie/statistiques/statistiques-production-electricite.jsp

[6] Les Affaires. (2015, 21 mars). Batterie du futur : Hydro-Québec dans la course. Les Affaires. Consulté le 22 novembre 2016 depuis http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/ressources-naturelles/batterie-du-futur–hydro-quebec-dans-la-course/577168

[7] Hydro-Québec. (2016). Innovation technologique. Hydro-Québec. Consulté le 22 novembre 2016 depuis http://www.hydroquebec.com/innovation/fr/

Laisser un commentaire