Offre d’Achat de Time Warner (NYSE : TWX) pour 85,4G $US par AT&T (NYSE : T) : un pari risqué.

Le géant des télécoms AT&T (NYSE : T) et le groupe de médias Time Warner (NYSE : TWX) ont annoncé samedi soir la plus grosse acquisition du monde des affaires de cette année. AT&T espère racheter Time Warner pour environ 85,4G $US soit une prime de 35% par rapport au cours de l’action de Time Warner jeudi avant la propagation de la rumeur. Le montant final dépendra du prix arrêté dans la fourchette de 105 à 110 dollars par titre Time Warner (NYSE : TWX).

La nouvelle entité sera présidée par le PDG d’AT&T, Randall Stephenson. Un tel accord marierait les services sans fil, le haut débit et la télévision par satellite d’AT&T à l’empire du divertissement Time Warner qui comprend les réseaux câblés TBS, TNT, CNN, la chaîne très convoité premium HBO et le studio de cinéma Warner Bross. L’idée de cette fusion consiste à associer contenus et capacités de diffusion, tout en proposant de nouvelles offres sur Internet. Elle complète le recentrage stratégique vers la vidéo impulsé ces dernières années par AT&T dans un marché où la téléphonie mobile  est en voie de saturation.

Les analystes sont toutefois partagés sur la pertinence de rapprocher deux géants issus des télécoms et des médias. Certains ne voient pas ce que pourrait apporter AT&T à Time Warner (Barry Diller, IAC) tandis que d’autres sont persuadés qu’un rapprochement entre les contenus et la diffusion fait du sens (Alan Gould, Brean Capital).  L’initiative de Time Warner paraît très audacieuse d’autant plus qu’elle sort à peine d’une mauvaise expérience de fusion avec une entreprise de télécom : sa fusion avec AOL en 2000 est considérée comme l’une des pires jamais réalisées aux États-Unis. Le fiasco fut tel que les deux entreprises ont préféré reprendre leur indépendance en 2009.

Décision stratégique dans un environnement concurrentiel

A l’instar de ses concurrents, comme Verizon et Comcast, AT&T s’est lancé dans une course aux contenus pour alimenter ses réseaux de diffusion. L’opérateur a ainsi racheté en 2015 DirecTV, le spécialiste de la télévision par satellite, pour un montant de 48,5G $US. Une acquisition qui a permis au groupe de devenir le premier diffuseur de télévision aux États-unis devant Comcast et d’Avoir les droits de la National Football League. Même si l’opérateur est encore en pleine digestion de DirecTV, le PDG du groupe Randall Stephenson s’est laissé convaincre qu’il fallait continuer à accélérer, alors que le secteur est en pleine ébullition. Son concurrent dans les télécoms, Verizon, vient de racheter Yahoo pour 4,8G $US, après avoir acquis AOL en 2015 pour 4,4G $US. Et Comcast, après le rachat de NBCUniversal en 2009 pour 30G $US, vient de mettre la main sur DreamWorks Animation pour 3,8G $US.

Dans ce contexte, Time Warner fait figure de proie idéale, car c’est l’une des dernières disponibles sur ce marché très convoité des contenus. Disney, valorisé en Bourse à 150G $US, est un bien trop gros morceau à avaler. Quant à des groupes comme 21st Century Fox ou CBS et Viacom, ils restent contrôlés par un actionnaire familial.

 

150G $US de dette à gérer

En dix ans AT&T est passé d’une modeste entreprise de télécoms en l’une des plus importantes du marché américains en multipliant des acquisitions. Mais à force d’acquisitions, les ressources d’AT&T sont devenues très limitées : il affiche seulement 7G $US en trésorerie et près de 120G $US de dette. Si le rachat de Time Warner aboutit, le nouvel ensemble se retrouvera avec une dette de près de 150G $US pour un chiffre d’affaires annuel de 175G $US ce qui est un risque non négligeable. Même si ce risque semble élevé, il en ressort que l’achat de cette entreprise par AT&T en ce moment semble être des plus opportun car The Wall Street journal nous apprenait il y a quelques semaines que Apple s’intéressait de près à Time Warner.

Risque de blocage de la transaction par le régulateur des marchés

Le rachat de Time Warner par AT&T pourrait se heurter aux autorités de régulation des marchés. Les gains en action de la dernière ont fait remonter la valeur boursière de Time Warner à presque 70G $US tandis qu’AT&T est valorisé autour de 238G $US. Cette fusion formerait un géant qui pourrait se retrouver avec une grosse part du marché. Avec les élections américaines il est difficile de prévoir la façon dont ce dossier sera examiné. Le candidat Donald Trump s’est déjà publiquement opposé à cette fusion, tandis que Hilary Clinton a promis qu’elle renforcerait les autorités de concurrence en cas de victoire.

http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211420146712-time-warner-bondit-en-bourse-sur-des-rumeurs-de-rachat-par-att-2037014.php

http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211423715581-att-et-time-warner-annoncent-le-plus-gros-mariage-de-lannee-2037093.php#

http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/manufacturier/atett-en-discussions-avancees-pour-racheter-time-warner/591002

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/10/23/at-t-pret-a-racheter-time-warner-pour-86-milliards-de-dollars_5018708_1656994.html

 

telecom-att-video-subs

 

att-directv-merger-piechart

 

us_paytv_2015

 

 

 

 

Laisser un commentaire